Le truc du jour (voilà, plus d’un an après la fermeture du meilleur blog du monde que nous tenions avec Almira, une idée de billet. J’ai presque envie de le réouvrir, tiens), c’est le tweetclash entre Maitre Eolas et Pensées de ronde. Je suis la deuxième sur son blog et son twitter depuis assez longtemps, pas le premier mais j’ai pu voir un retweet du feu aux poudres :

Ce qu’il y a de bien avec le retour des beaux jours, c’est que désormais, c’est dans la rue qu’on croise des jolies courbes.

Moi là dessus j’ai pas grand chose à redire, en bon mâle (qui se voudrait) dominant j’ai plutôt tendance à hocher la tête d’un air entendu en soulevant mon verre de bière. Là dessus Caroline a pointé le caractère (un peu) sexiste de la remarque, et les choses se sont un peu envenimées, je ne défendrai pas Maitre Eolas sur la suite, il serait sans doute outré que je puisse penser qu’il ait besoin de moi, et puis je ne l’approuve pas sur la “police de la pensée” et le “troll féministe”.

Sur le fond, je comprends que ça puisse être lourd d’être ramenée sans cesse à son physique quand on est une femme, quand bien même avec mon physique de Woody Allen je n’aurais rien contre de temps en temps. Et je ne trouve rien à redire au billet de Crêpe Georgette sur le sujet, très éclairé. Ni à celui de la loute, qui précise que ces remarques doivent être bannies de l’espace public. Et c’est ça qui m’a interpellé : stricto sensu, un fil twitter ou un blog font partie de l’espace public, et je n’y cautionnerais en aucun cas des propos racistes ou diffamatoires. Mais pour autant, sur son blog, ou son fil twitter, on s’y sent un peu chez soi, on est maître à bord, on a établi un contexte, on est entre gens de bonne compagnie, on pense pouvoir rire de tout pour reprendre le bon mot de Desproges, puisque l’on n’est pas avec n’importe qui. C’est sans doute beaucoup plus vrai pour moi qui blogue et tweete presque dans l’intimité (salut les bots) que pour une starlette du web, mais j’avoue que je serais un peu interloqué si à la terrasse d’un café, avec un ami, je faisais une remarque sur le physique d’une passante et qu’on me faisait remarquer mon manque de classe depuis la table d’à coté.

Dit le mec qui ne fait à peu près jamais ce genre de remarque à ses potes (mais a des yeux et n’en pense pas moins). Je dois avoir une relation trop intime avec le web :)

Tagged with:
 

Comments are closed.